Nicole Brossard
POEMS
 

Five poems from Shadow : soft et soif



je n’ai pas encore parlé
de disparition ni de vocabulaire c’est trop vaste
et la solitude tu t’en souviens
elle gratte le fond de la mer et de l’alphabet
afin que la nuit traverse l’invisible
arrive jusqu’à nos cahiers d’indocilité

 

I haven’t yet said a word
about disappearance or vocabulary it’s too vast
and you remember solitude
it scrapes the bottom of the sea and the alphabet
that night may span the invisible
right up to the notebooks of our indocility

 

 

 

                                                                  **

 

 

 

à propos : les étoiles nous en avions l’habitude
nous les regardions avec détresse
et précision
car l’univers pouvait soudain
se transformer en avalanches
bris de verre et de voix. Musique
ou adieu de perfectionnement

 

 

by the way : we were used to stars
would observe them with distress
and precision
for the universe might suddenly
spill down in avalanches
shattered glass and voices. Music
or farewell of perfecting

 

 

                                                               **

 

 

être là toute une vie dans l’espèce flexible
avec ce réflexe qui persiste à vouloir
tout représenter de l’ivresse et des gestes
les morsures, les chambres avec leur creux
d’ombre et de souplesse, les fronts soucieux
notre fragilité
bien sûr que nous sommes sans réponse
à chaque baiser

 

to be there a lifetime in the flexible species
with this reflex that keeps wanting
to depict everything about pleasure and gestures
bites, bedrooms with their shadowy, supple,
hollow spaces, knotted brows
our fragility
of course we go unanswered
with each kiss

 

 

 

 

 

des idées de chute et de labyrinthe
comme si au bout de nos bras
tout ce qui existe était
fait pour un jour déplacer l’aube
lever le rideau sur le règne animal

alors je veille
parmi les canifs et la poussière

 

 

ideas of falling and labyrinths
as if at arm’s length
all that is was
made to shift dawn one day
reveal the animal reign

so I wake
in pocketknives and dust

 

 

 

 

 

 

 

et si le tourment si ce qui anime
tes nuits de lecture et d’irréel
if dust on your fingers vibrates
adosse-toi à l’ombre
dans un endroit avec du bleu et du vide
il y aura c’est certain de l’eau dans tes yeux
et de la modernité et de la peur dans tes vêtements

 

and if torment if what quickens
your nights of reading and irreality
si la poussière vibre sur tes doigts
lean back on shadow
in a place with blue and emptiness
there will surely be water in your eyes
modernity and fear in your clothes

 

 

 

                                       Translation by Guy Bennett

                                       Seeing Eye Books, 2003, Los Angeles


   
   
   

TOP